Les soins de suite
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le staff médico-social du service d'Oncologie médicale
et les soins de suite


 
 
Chaque mardi matin, depuis 2009, les médecins de la salle Mallet se réunissent avec l’Equipe mobile de prise en charge de la douleur, leurs infirmières respectives, les assistantes sociales, la surveillante de la salle Mallet, les psychologues et l’équipe du service de psychiatrie. Cette réunion qui fonctionne comme une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire n’est pas destinée à prendre des décisions thérapeutiques en termes de chimiothérapie, de chirurgie ou de radiothérapie. Elle est destinée à répondre aux besoins des malades en situation médicale difficile ou en situation palliative voire en fin de vie. Elle est également destinée à envisager et définir toute l’aide qu’un service de cancérologie peut apporter à une famille en souffrance ou épuisée par les nombreuses hospitalisations, aller et retour au domicile, la gestion des périodes médicalement et/ou psychologiquement difficiles…

Sa principale préoccupation est dès lors d’envisager ce que pourront être les meilleurs ‘soins de suite’, selon l’expression consacrée.

Cette réunion ainsi permet d’évoquer toutes les difficultés rencontrées par le patient et son entourage, de définir les meilleures propositions thérapeutiques et les meilleures modalités de prise en charge hospitalières, de retenir les institutions de soins (soins de suites, maisons de repos, unités de soins palliatifs…) les mieux adaptées aux choix thérapeutiques et aux besoins des malades et aussi de leur famille. Il est ainsi fréquemment abordé la nécessité d’organiser un ‘repos thérapeutique’ destiné à laisser l’entourage proche souffler un peu lorsque le besoin s’en fait sentir. Prendre en charge un patient atteint d’un cancer en une période difficile, c’est parfois, voire souvent, aussi, prendre en considération les souffrances des familles toujours dévouées.

La présence de l’équipe de psychiatrie permet également d’apporter une note professionnelle et d’aider à une meilleure prise en charge psychologique lorsque le besoin de prescriptions de médicaments anti-dépresseurs se fait sentir. La demande de recours à nos collègues psychiatres est souvent formulée de concert par l’équipe médicale, les soignants, les psychologues et l’assistante sociale.

Si le choix d’une hospitalisation à domicile est retenu, même temporairement, il sera proposé au sein de cette réunion d’avoir recours à des structures d’aide à l’hospitalisation à domicile : Hospitalisation publique de l’AP-HP, hospitalisation à domicile privée, recours aux réseaux de soins à domicile regroupés au sein de la structure Oncorif (www.oncorif.fr).

Enfin, pour tout patient le nécessitant, la présence de l’assistante sociale permet d’aider à trouver les meilleures solutions de prise en charge médicale lorsque le contexte le nécessite, patient non assuré, patient originaire ou non de la communauté européenne (admission d’urgence, CMU…).

Ainsi, le staff médico-social vient contribuer efficacement à une meilleure prise en charge des patients en complément des réunions de décision médicale proprement dite (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire du service d’oncologie médicale) et en ce sens, il répond indéniablement à un besoin ressenti par les soignants pour une meilleure prise en charge globale de leur malade.
 
     
       
maj : 24/07/2013
copyright@somht.com