Une prise en charge multidisciplinaire
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La prise en charge multi-disciplinaire

 
 
L’avènement du plan Cancer a instauré un nouveau mode de fonctionnement chez les cancérologues pour la prise en charge des patients atteints de cancer. La création des Unités de Concertation Pluridisciplinaires, ultérieurement dénommées Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP), a profondément modifié la prise en charge des patients et l’organisation des services.

Rangeant aux oubliettes la décision unilatéralement prise par un médecin dont la formation était variable, selon qu’il soit chirurgien, oncologue ou radiothérapeute, sur le choix thérapeutique à proposer à un malade, les RCP ont recentrer comme cela se doit la discussion des spécialistes autour et sur le dossier de chaque patient.

Tous les hôpitaux publics, les centres anti-cancéreux et les établissements privés ayant une activité de cancérologie ont du se soumettre à l’obligation légale de respecter cette mesure instaurée par le plan Cancer I du président Jacques Chirac. Le principe en est simple : réunir autour de la table chirurgiens, oncologues médicaux, radiothérapeutes, radiologues, médecins nucléaires, anatomo-pathologistes, spécialistes d’organes et biologistes.

Dès lors, tout nouveau dossier est discuté autant de fois que nécessaire jusqu’à la proposition thérapeutique finalisée, qui du fait de la convergence des spécialistes au fait de leur art, sera conforme aux Données Acquises de la Science. Dans certains cas, des décisions allant au-delà des Autorisations officielles de Mise sur Marché (AMM) de nouveaux médicaments pourront être prises, permettant de donner officiellement accès au patient à ces nouvelles molécules dont tous les champs d’application n’ont pas encore été définitivement cernés.

En cas de rechute de la maladie, le dossier fera également l’objet d’une discussion en RCP. Ainsi les meilleures modalités thérapeutiques seront discutées et proposées au patient.

Notons cependant que le médecin référent reste au final le seul décisionnaire des dispositions thérapeutiques à proposer au patient dans le cadre de son Parcours Personnalisé de Soins (PPS) .

A titre d’exemple, le service d’oncologie médicale de l’hôpital Tenon est impliqué dans une dizaine de RCP chaque semaine, soit un équivalent en temps-médecins hebdomadaire de 22h.
 
     
       
maj : 24/07/2013
copyright@somht.com