Les alternatives à l'hospitalisation
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les alternatives à l'hospitalisation
(AP-HP) et réseaux de soins

 
 

Il y a encore 20 ans, la quasi-totalité des chimiothérapies étaient délivrées en hospitalisation classique, au sein d'une structure dénommée ‘hôpital de semaine'. L'expérience acquise au cours des années, le développement de chimiothérapies mieux tolérées, l'avènement des traitements dits ‘de support' (facteurs de croissance des globules blancs –GCSF- et des globules rouges –EPO-, nouveaux anti-émétiques très puissants…), les nécessités d'hospitalisation plus nombreuses pour les patients en phase palliative, eu égard au manque criant de structures de ce type en France, ont amené les équipes médicales à développer des structures de prise en charge ambulatoire.

Ainsi sont nés les hôpitaux de jours et les structures d'Hospitalisation à domicile (HAD).

Les premiers permettent d'accueillir du lundi au vendredi les patients pour des chimiothérapies de durée variable (une demi-heure à douze heures), d'intensité également très variable et dont certaines d'ailleurs se faisaient il y a cinq ans en hospitalisation de semaine et de composition très variables, puisque concernant aussi bien les chimiothérapies classiques que les nouvelles thérapies ciblées (anticorps monoclonaux). Ce mode de fonctionnement permet ainsi au patient de rentrer au domicile chaque soir, voire de concilier vie professionnelle et traitement. Enfin, notons que les hôpitaux de jours disposent également d'un lit d'urgence, évitant au patient de passer par le long et fatigant filtre des urgences, permettant ainsi d'assurer de nombreux gestes (transfusions, ponctions et biopsies…) sans imposer une hospitalisation conventionnelle.

La structure HAD permet quant à elle de concilier vie familiale et traitement. Les équipes de l'HAD travaillent de concert avec le médecin traitant. Elles apportent leurs compétences professionnelles diverses, infirmières, aides-soignantes, kinésithérapeutes, assistantes sociales….La mission de l'HAD est avant tout de proposer des soins de support au domicile, dans le cadre de vie du patient. Il est ainsi possible d'assurer des nutritions intraveineuses prolongées, des transfusions, de procéder à l'équilibration d'un traitement antalgique orale ou intraveineux….Il est parfois possible et sous certaines conditions qui seront validées par le cancérologue de délivrer des chimiothérapies ‘simples' à domicile.

Notons enfin qu'il existe des structures publiques (HAD de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) et des structures privées (Santé service….) qui travaillent de concert si besoin est, avec les réseaux de prise en charge du cancer ( www.oncorif.fr ).

 
     
       
maj : 03/05/2012
copyright@somht.com